Associations Libres

"Faut pas croire tout ce qu'on voit sur le web" – Einstein

Existe-t-il une différence entre intelligence et rationalité ? David Z. Hambrick et Alexander P. Burgoyne

Êtes-vous intelligent – ou rationnel ? La question peut sembler redondante, mais ces dernières années, des chercheurs ont démontré à quel point ces deux attributs cognitifs peuvent être différents.

Tout a commencé au début des années 1970, quand les psychologues Daniel Kahneman et Amos Tversky ont conduit une série d’expériences influentes montrant que chacun de nous, même les personnes hautement intelligentes, sont sujettes à l’irrationalité. Dans une large gamme de scénarios, les expériences ont montré que les gens tendent à prendre des décisions en se basant plus sur l’intuition que sur la raison.

Cet article est une traduction de : The Difference Between Rationality and Intelligence

Dans une étude, les Pr Kahneman et Tverski ont fait lire à des gens le descriptif de personnalité d’une femme nommée Linda : « Linda a 31 ans, est célibataire, franche et très intelligente. Elle a étudié la philosophie. En tant qu’étudiante, elle se sentait très concernée par des problèmes comme les discrimination ou la justice sociale, et a également participé à des manifestations anti-nucléaires .»

Puis, ils ont demandé aux sujets, ce qui était le plus probable : Linda est employée de banque (A) ou Linda est employée de banque et engagée dans le mouvement féministes (B). 80 % des gens ont choisi la réponse B, même si, en terme de logique, A est le plus probable (tous les employés de banque féministes sont employés de banque mais tous ne sont pas féministes).

Dans le « problème Linda », nous sommes la proie du biais de conjonction – la croyance que la co-occurrence de deux événements est plus probable que l’occurrence d’un seul. Dans d’autres cas, nous ignorons des informations concernant la prévalence d’un événement lorsque nous estimons leur plausibilité. Nous échouons à considérer des explications alternatives.

Nous évaluons les preuves d’une manière compatible avec nos croyances pré-existantes… Etc etc

Les humains, semble-t-il, sont fondamentalement irrationnels.

Mais à partir de la fin des années 90, les chercheurs ont commencé à ajouter un bémol significatif à ce point de vue. Comme le psychologue Keith Stanovich, et d’autres, l’a observé, même les données de Kahneman et Tverski montre que certaines personnes sont hautement irrationnelles.

En d’autres termes, il y a des différences individuelles dans la rationalité, même si nous faisons tous face à des challenge lorsqu’il s’agit de l’être au maximum. Alors, qui sont ces gens les plus rationnels ? Vraisemblablement les plus intelligents non ?

Et bien non, dans une série d’études, le Pr Stanovich et ses collègues ont fait subir à de larges panels (généralement plusieurs centaines de personnes) à la fois des tests de jugement – du style du « problème de Linda » et des tests de QI.

La principale découverte fut que l’irrationalité – ou ce que le Pr Stanovich appelle dysrationalité – est relativement faiblement corrélée avec le QI. Une personne ayant une haut QI a à-peu-près autant de chance de souffrir de dysrationalité qu’une personne en ayant un faible.

Dans une étude de 2008, le professeur et ses collègues ont proposé à des volontaires le test de Linda et ont pu montrer que ceux ayant le plus haut QI était aussi les plus sujets au biais de conjonction.

En se basant sur ces preuves, ils ont introduit le concept de quotient de rationalité (ou QR). Si le quotient intellectuel mesure quelque chose comme (en gros) la capacité intellectuelle au raisonnement abstrait et à l’habilité verbale, un test de QR mesurerait la propension à la pensée réfléchie – prendre du recul par rapport à votre propre réflexion et corriger ses tendances à l’erreur.

Il y a également maintenant des preuves que la rationalité, contrairement à l’intelligence, peut être améliorée par l’entraînement. Dans une série d’études publiées l’année dernière dans Policy Insight From the Behavioral and Brain Sciences, le psychologue Carey Morewedge et ses collègues ont fait passer à des volontaires (plus de 200 dans chaque étude) un test pour évaluer leur sensibilité à différents biais influant sur la prise de décision. Puis, certains d’entre eux ont pu voir un film concernant ces biais, tandis que d’autres jouaient à un jeu vidéo étudié pour faire décroître ces biais via des simulations de prises de décisions dans le monde réel.

Dans le jeu interactif, après chaque simulation, un résumé donnait aux participants des instructions concernant des biais liés à la prise de décision et des retours individualisés sur leur performance. Immédiatement après avoir regardé la vidéo ou s’être entraîné sur ordinateur, les volontaires ont passé une autre version des tests, puis à nouveau deux mois plus tard.

Le Pr Morewedge et ses collègues ont montré que l’entraînement sur ordinateur menait à des réductions statistiquement significatives et durables des biais. En d’autres termes, les sujets étaient considérablement moins biaisés après avoir joué, même deux mois plus tard.

Les baisses étaient plus importantes pour ceux qui avaient joué que pour ceux qui avait regardé la vidéo (même si les baisses étaient également notables dans ce groupe). Tandis qu’il n’y a que de maigres preuves montrant qu’il est possible d’améliorer son intelligence, il pourrait bien être possible d’entraîner les gens pour qu’ils soient plus rationnels dans leurs prises de décisions/

Il est, bien sûr, totalement irréaliste de penser que nous vivrons dans un monde où tout le monde est complètement rationnel, mais en développant des test pour identifier les plus rationnels d’entre nous et en proposant des méthodes pour réduire l’irrationalité des autres, la recherche scientifique pourrait bien pousser la société dans cette direction.

Pour aller plus loin :

Le court-métrage utilisé dans l’étude (le sous-titrage automatique est très correct) :

Advertisements

4 commentaires sur “Existe-t-il une différence entre intelligence et rationalité ? David Z. Hambrick et Alexander P. Burgoyne

  1. johnpcmanson
    6 octobre 2016

    Si le mot « rationnel » contient bien 2 N, le mot « rationalité » ne contient toutefois qu’un seul N.
    A part votre erreur (dans le texte et le titre), votre article est intéressant.
    Merci de votre attention. 😉

    J'aime

  2. Youss
    7 octobre 2016

    Un accès à ce serious game serait absolument génial 🙂

    J'aime

    • Maeelk
      7 octobre 2016

      Je l’ai cherché mais je ne l’ai malheureusement pas trouvé, faudrait contacter l’équipe qui l’a développé…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 6 octobre 2016 par dans Débutant, et est taguée , , .
%d blogueurs aiment cette page :