Associations Libres

"Faut pas croire tout ce qu'on voit sur le web" – Einstein

Pourquoi des gens rationnels adhèrent-ils aux théories de la conspiration ?

Dans les jours ayant suivi les attentats à la bombe du marathon de Boston, les spéculations en ligne à propos des identités et des motivations du ou des coupables étaient partout. Et après que les frères Tsarnaev aient été identifiés et que la chasse à l’homme ait pris fin, elles n’ont pas cessé : elles ont pris une nouvelle forme.

Ce billet est la traduction de Why Rational People Buy Into Conspiracy Theories

Quelques exemples : peut-être que les frères Tsarnaev étaient juste des pions, des hommes de paille là pour encaisser les coups à la place d’un mystérieux saoudiens au bras long ; ou alors ils étaient innocents, mais – au lieu d’un saoudien – le vrai coupable était un loup solitaire issu d’une branche secrète du gouvernement américain ; ou bien c’était bien eux les coupables, mais ils travaillaient en sous-main pour une plus grande organisation ?

Aussi dingues que soient ces théories, ceux qui les propagent ne le sont pas – ils sont plutôt normaux en fait. Mais de récentes recherches nous disent ceci : si vous pensez qu’une de ces théories est plausible, vous pensez probablement la même chose des autres, même si elles se contredisent entre elles. Et il est fort probable que ce ne soit pas la seule histoire qui vous donne l’impression que des forces de l’ombre sont derrière chaque événement majeure dans le monde.

« Le meilleur indicateur d’une croyance dans une théorie de la conspiration, c’est la croyance à une autre théorie de la conspiration » indique Viren Swami, un professeur de psychologie qui étudie ce genre de croyance à l’Université de Westminster en Angleterre. Les psychologues disent cela car une théorie de la conspiration n’est pas tant une réponse à un seul événement qu’une l’expression d’un point de vue global sur le monde.

Comme Richard Hofstadter l’a écrit dans son ouvrage précurseur de 1965, « Le style paranoïde en politique américaine », les théories de la conspiration, spécialement celles qui impliquent des étrangers à tous les niveaux, sont un des passe-temps favoris de ce pays. Les américains ont toujours eu une suspicion rampante que quelqu’un était là pour les blouser – que ce soit les Franc-Maçons, les catholiques ou les communistes. Mais ces dernières années, il semble que chaque tragédie soit accompagnée de son lot de fil à retordre, comme le web se rempli d’histoires de «faux drapeau » et autres « acteurs de crise » – non pas de simples théories mais des arguments en faveur de l’existence d’une version complètement alternative de la réalité.

Depuis la publication du livre de Hofstadter , notre accès à l’information s’est énormément accru, ce dont on pourrait que cela a aidé à minimiser ce genre de spéculation à tout bout de champ. Mais , si l’on en croit de récentes études sur le sujet, il semble que cela ne fasse que rendre ces théories plus convaincantes pour le public. Ce qui est encore plus surprenant est que ce genre de chose n’est pas limité à ceux vivant à la marge : les esprits parfaitement sains possèdent une incroyable capacité à se construire des histoires et même certaines des théories conspirationnistes les plus folles sont ancrées dans une pensée rationnelle, ce qui les rend encore plus pernicieuses.

Considérez ceci : 63 % des électeurs américains croient en au moins une conspiration politique selon un récent sondage mené par l’Université Fairleigh Dickinson .

Même si les psychologues ne peuvent pas savoir exactement ce qui se passe dans nos têtes, ils ont pu (grâce à des enquêtes et des études menées en laboratoire) mettre au jour un ensemble de triats positivement corrélés avec la croyance aux conspirations. En 2010, Swami et un co-auteur ont résumé ces recherches dans The Psychologist, une parution scientifique. Ils ont montré que (de façon assez surprenante peut-être), ces croyants ont plus tendances à être cyniques à propos du monde en général et de la politique en particulier.

Les théories de la conspiration semblent également être plus attirantes pour ceux ayant une faible estime d’eux-mêmes, spécialement en ce qui concerne leur place dans un système plus large : elles semblent être une façon de réagir à l’incertitude et au sentiment d’impuissance.

Les récessions économiques, les attaques terroristes et les catastrophes naturelles sont des menaces massives et toujours présentes, mais nous avons peu de pouvoir sur le moment où elles surviennent, pas plus que nous n’en avons sur leurs conséquences ou les moyens d’y faire face. Dans ces moments d’impuissance et d’incertitude, une partie du cerveau appelée l’amygdale entre en action.

Paul Whalen, chercheur au Darthmouth College qui a étudié cette glande, indique qu’elle ne fait rien directement par elle-même. Son rôle est de servir d’interrupteur afin de faire basculer le reste du cerveau dans un mode hyper-analytique – en incitant notre cerveau à réévaluer répétitivement les informations dans le but de créer une narration cohérente et compréhensible, pour comprendre ce qui vient de se passer, quelle menace existe encore et ce qui devrait être fait maintenant.

Ce pourrait être une façon utile pour comprendre comment, pour le dire vite, la capacité du cerveau à se créer des histoires après des événements choquants peut contribuer au niveau de paranoïa de ce pays.

« Si vous connaissez la vérité et que les autres l’ignorent, c’est une façon de réaffirmer votre sentiment de contrôle sur le monde » rappelle Swami. Il peut être réconfortant de faire vos propres recherches même si ces dernières sont biaisées. Il est agréable d’être le vieux singe à qui on ne la fait pas au milieu du troupeau de moutons.

De manière assez surprenante, le travail de Swami a aussi mis en évidence une corrélation entre adhésion aux théories conspirationnistes et un fort soutien aux principes démocratiques. Mais cela n’est pas si étrange lorsqu’on pense au contexte

Kathryn Olmsted, historienne à l’Université de Californie, Davis, affirme que les théories de la conspiration n’existeraient pas dans un monde où aucune vraie conspiration bien réelle n’existerait non plus. Et ces conspirations – qu’il s’agisse du Watergate ou des conspirations bancaires – impliquent souvent des manipulations et une subversion des processus démocratiques. Même les gens qui pensent que la tuerie de Sandy Hook était en fait une mise en scène réalisée par des acteurs payés formulent leurs arguments dans une optique de préoccupation de la préservation du Second Amendement.

Notre accès à une information de haute qualité n’a, malheureusement, pas abouti à un âge où de tels différents peuvent être réglés par une recherche rapide sur Google. En fait, Internet n’a fait qu’empirer les choses : le biais de confirmation (notre tendance à accorder plus d’attentions aux preuves qui supportent ce que nous croyons déjà) et un biais humain bien connu et très documenté.

Des gens ont écrit dessus depuis des siècles ! Mais ces dernières années, cependant, les chercheurs ont pu mettre en évidence que le biais de confirmation n’est pas facile surmonter. Vous ne pouvez tout simplement pas le noyer sous les faits.

En 2006, les chercheurs en politique Brendan Nyhan et Jason Reifler ont identifié un phénomène appelé « effet retour de manivelle ». Ils ont pu montrer que les efforts pour débunker des informations politiques fausses peuvent rendre les gens encore plus convaincus qu’elles sont vraies. Nyahn n’est pas certain de pourquoi cela arrive, mais il apparaît que cet effet est d’autant plus présent que la fausse information aide à soutenir une idéologie ou un point de vue pré-existant sur le monde.

De cette façon, résume Swami, les Internets et les autres médias ont aidé à perpétuer la paranoïa : non seulement augmenter l’exposition à ces théories alternatives engendre la croyance dans les conspirations, dit-il, mais la tendance d’Internet au tribalisme aide à renforcer les fausses croyances.

Et c’est un problème. Parce-que pendant que croire que George W. Bush a aidé à planifier le 11 septembre peut vous donner le sentiment que vous avez de la maîtrise sur le monde, ce n’est en fait pas le cas. Plus tôt cette année, Karen Douglas, psychologue à l’Université de Psychologie de Kent, aidée de ces étudiants, a publié un article où elle exposait comment elle avait exposé des gens à des théories de la conspiration à propos du changement climatique et de la mort de Lady Di. Ceux qui avaient eu les informations soutenant les théories mais pas celles les débunkant étaient plus susceptibles de baisser leur implication dans des activités politiques et avaient moins tendance à prendre des décisions en ce qui concerne leur empreinte carbone.

Alex Jones, un animateur de radio libre, peut se construire une réputation en tant que colporteur de conspiration ; des politiciens peuvent s’en servir comme moyen de pression ou pour gagner des votes ; mais si les théories de la conspiration sont un outil que monsieur-tout-le-monde peut utiliser pour réaffirmer son sentiment de contrôle sur le monde qui l’entoure et son attachement à la démocratie, c’est un outil inefficace.

Par exemple, les recherches ont montré que les afro-américains qui croient que le SIDA est une arme utilisée contre eux par le gouvernement (en se souvenant des abus de l’expérience de Tuskegee) ont moins tendance à se protéger pendant leurs rapports sexuels. Et si vous pensez que le gouvernement ou de puissants lobbies cachent des preuves montrant que les vaccins sont dangereux pour les enfants, il est probable que vous vaccinerez moins vos propres enfants.

Résultats : des épidémies de rougeole et de coqueluche et quelques morts là où les taux de vaccination sont les plus faibles.

Les psychologues ne sont pas certains de si le sentiment d’impuissance provoque les théories de la conspirations ou l’inverse. N’importe comment, les recherches suggèrent que ces croyances ne sont rien de plus qu’une forme extrême de cynisme poussant à se détourner des médias et des politiques traditionnels. Ce qui ne fait que perpétuer le problème.

Advertisements

5 commentaires sur “Pourquoi des gens rationnels adhèrent-ils aux théories de la conspiration ?

  1. AlainCo (@alain_co)
    14 décembre 2015

    Il est encore plus intéressant de détecter les théorie de la conspiration dans les média habituels.

    la conspiration de l’obsolescence programmée… Il y a eu des cas, anecdotiques, et sinon des histoire d’ingénieurs et de commerce bien plus prosaiques…
    La conspiration des pétrolires pour les climato-sceptiques, ou contre la fusion froide.
    La conspiration des incompétents et des fraudeurs par ceux qui rejettent la fusion froide.
    La conspiration des labo pharmaceutiques sur les vaccins inutiles (ils perdent de l’argent, mais ca la TV ne le dit pas).
    La conspiration contre l’homéopathie…
    la conspiration des opérateur télécom sur les antennes.

    derières chacune de ces conspiration on trouve de smécanismes finalemen bien plus simple, l’honêteté, la compétence, l’incompétence, l’intérêt économique, l’ingénierie, l’idéologie, au niveau individuel…

    ma position c’est que
    – l’intérêt court terme individuel des acteurs locaux, parfois convergents
    – l’incompétence qui parfois produit des résultats si étrange qu’il semblent intelligents
    – la pensée de groupe, qui parfois pousse à des délires si absurdes qu’on se demande s’il n’y a pas une vérité cachée (Benabou en parle comme un effet dans son modèle mathématique du groupthink)… l’idéologie en étant l’aboutissement.

    Cela explique bien mieux qu’une supposée conspiration, ce que nos systèmes sont incapables de cacher.

    les « conspirations » récentes sont simplement visibles et dénoncées, on le voit en Syrie, turquie ou en Ukraine ou ce sont des sources banales, militaires ou diplomatiques, qui expliquent les faits que les média se refusent de dénoncer par groupthink et peur de la sanction du groupe.

    les conspirations délirante que vous dénoncez très justement ne sont que l’interprétation de faits incomplets, dans un contexte de croyance faux.

    Les méchants sont publics, mais pas ceux que nos journalistes, ni les conspirationnistes adorent dénoncer.

    Prenez tout les gentils… ce sont d’affreux corrompus, menteurs, manipulateurs, car ils sont inattaquables.
    Prenez tous les méchants… ils sont pas des saints mais on les surveille trop pour qu’ils puissent faire n’importe quoi.

    la manipulation est idéologique, et de mon point de vue les conspirationniste ne font que câcher la pathétique réalité, pleine de bassesse, de corruption visible, de lacheté publique, de stupidité fonctionnelle, de groupthink enkysté dans les organisation scientifiques et médiatique, autant par idéologie que par biais de financement.

    Snowden, les lanceur d’alerte sur les drones assassins, les journalistes turcs emprisonés , ne font que mettre au jour les informations qui circulent depuis longtemps, chez les professionnels… militaires, informaticiens, bloggeurs politiques à réseaux internationaux… ou chez les média d’autre obédience, dans le fatra des conspirations qui y sont le consensus…

    tant que vous n’aurez pas compris que les média usuels sont très orientés (par groupthink et intérêt) et rejettent des sources crédibles, vous ne comprendrez pas comment des gens rationnels avalent des couleuvres de la taille du MH17.

    Tout le monde en avale, point.

    La folie actuelle est le contraire d’une conspiration, c’est la stupidité fonctionnelle de Alvesson.

    J'aime

    • phimbac
      26 décembre 2015

      « Tout le monde en avale, point. »

      Mmm, certes, mais ça dépend du type, du degré de gravité des allégations, de la société que cela crée, des intérêts véhiculés derrière telles fausses nouvelles, etc.
      « Les médias » sont également en mutation.
      Vous dites que des informaticiens etc. avaient dit les choses avant Snowden. Quelques uns avaient dit des choses très parcellairement et on devait les croire le plus souvent sur parole. Avoir sous les yeux toute la littérature bien cachée possède un autre degré de pertinence, merci infiniment bibi et les autres courageux!
      Et je retiens ceci, surtout : avant Snowden, des dizaines, voire des centaines de milliers de personnes étaient bien au courant d’au moins une partie d’un programme de surveillance de masse plus que douteux (maintenant bien en place) et n’ont pas tenté grand chose avant lui… Le conformisme agentique et la lâcheté sont également très bien répartis… Pas mal de psychologues et d’historiens connaissent. Ce qui laisse place peinard à de vraies conspirations à quelques connards qui en mouillent plein d’autres qui vont rationnaliser comme ils peuvent (il sait ce qu’il fait, et ma carrière, mon voisin aussi, etc)…
      La volonté de certains de naturaliser des théories simplistes du calcul rationnel, l’évocation de l’intérêt économique ou de la maximisation des chances de son ascension dans l’organigramme, etc. ca marche souvent comme un bon moyen de dédouaner les dominants, privilège rarement laissé à d’autres plus bas, au tribunal des hommes…
      Enfin avec un niveau d’études élevé, on se penche sur plus de domaines de la connaissance, on s’expose à plus de rancontars, et on tend à être plus créatif pour justifier des histoires…

      J'aime

  2. Yannick
    16 décembre 2015

    Pourquoi des gens rationnels adhèrent-ils à des thèses officielles qui n’ont pas encore été démontrées ?
    http://www.huffingtonpost.com/bob-graham/enquete-attentats-11-septembre_b_1872744.html

    J'aime

    • Maeelk
      16 décembre 2015

      Bonjour,

      je ne comprends pas bien là où vous voulez en venir ? Les liens du gouvernement US et des pays du Golf et la façon dont certains ont été protégés sont de notoriété publique…
      Du coup je ne comprend pas vraiment le rapport avec ce billet.

      J'aime

      • Yannick
        26 décembre 2015

        Bonjour. Ce n’est pas de notoriété publique puisque les documents sont classifiés. Et Eric Laurent parle de zones d’ombre qui vont au delà de l’Arabie Saoudite.

        L’administration US n’a toujours pas présenté de preuve, on doit donc rester sceptiques : http://www.dailymotion.com/video/xkz23g

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 14 décembre 2015 par dans Intermédiaire, Non classé, et est taguée , , .
%d blogueurs aiment cette page :