Associations Libres

"Faut pas croire tout ce qu'on voit sur le web" – Einstein

Elle a cliqué sur ce lien et sa vie a changé. Découvrez comment.

Internet est si vaste que vous pouvez trouver à peu près n’importe quoi en ligne, aussi déraisonnable et bizarre que ce soit. Donc employer un filtre efficace est souvent nécessaire pour distinguer faits et fictions et éviter que les gens ne contribuent à propager n’importe quoi sans faire attention puisque les histoires virales exploitent nos biais afin de vous faire partager, liker ou retweeter.

Cette article est une traduction de : How to Avoid Falling for Bullshit on the Internet

Vous êtes fatigués de lire des histoires débiles sur la fin du monde, la nouvelle variété de chou qui va soigner le cancer, pourquoi tousser peut aider à empêcher une attaque cardiaque ou toute autre inanité virale si souvent partagée sur les réseaux sociaux ?

Alors voici un petit guide d’introduction sur comment éviter de vous faire avoir par une connerie sur le net.

Attendez plus de faits

L’un des plus gros risques quand on parle de se faire avoir sur le Web, c’est de réagir trop vite. Quand une nouvelle histoire ou vidéo virale frappe, elle est souvent partagée de milliers et des milliers de fois en une très courte période de temps. Les vidéos sont faites de ça, les posts Facebooks sont faits de ça et les tweets et les retweets inondent la toile mondiale.

Gardez la tête froide, prenez connaissance de l’histoire pour vous même mais ne vous faites pas avoir par les trucs de manipulations émotionnelles qui vous supplient de cliquer sur « Partager » là, maintenant, de suite.

Ne partagez pas les choses qui vous font de l’œil si vous n’avez pas pris un peu de temps pour vérifier les infos. La seule chose que vous réussiriez à faire c’est propager du n’importe quoi autour de vous, et risquer de passer pour une buse quand l’info se révélera fausse.

Vérifiez sur HoaxBuster et les autres sources sceptiques

Tout le monde n’a pas le temps ou l’envie de toujours tout vérifier minutieusement. C’est normal, les gens ont différents centres d’intérêt.

Cependant, il existe des méthodes de vérification faciles, efficaces et rapides : cherchez sur Google et ajoutez le terme « hoaxbuster » après. Par exemple tapez « données personnelles facebook hoaxbuster » et vous arriverez ici. Il s’agit d’un site qui analyse de façon critique des affirmations et légendes urbaines peu crédibles (et qui sont parfois pourtant vraies ! ) et c’est une super ressource pour vérifier facilement le niveau de véracité d’une histoire virale. Parfois, l’histoire est un peu trop récente ou peu commune pour qu’on l’y retrouve, mais vous pouvez essayer le forum ou leur page Facebook (où il y a moins de pub NDT…).

Ce n’est pas le seul site à faire du fact-checking sur le web : vous pouvez aussi aller chercher sur Google (ou Qwant ou Duckduckgo NDT) et ajouter les termes « sceptique », « hoax », « mythe » ou « fake » (ou d’autres termes du genre) afin de trouver des commentaires critiques.

Bon, et ne faites pas non plus automatiquement confiance à ces résultats parce qu’eux aussi peuvent s’être plantés. À la place, essayez de faire la part des choses entre ce qui vous semble le plus raisonnable : l’info virale ou ses critiques (et si vous vous êtes trompé, il n’y a pas de honte à modifier ou supprimer votre post).

Pour des infos plus spécifiques, comme sur la médecine, ajoutez des termes comme « HAS » (Haute Autorité de Santé) ou « OMS » afin de tomber sur des sites auxquels vous pouvez faire confiance . Si l’histoire virale mentionne des organisations comme la NASA, allez-y et ajouter ce terme aussi (ou utilisez « site:nasa.gov » avec Google pour voir si vous pouvez trouver des infos dessus directement sur leur site – et si vous ne parlez pas anglais… essayez avec GoogleTrad ça vous donnera toujours une idée).

Cherchez des « drapeaux rouges » en faisant attention aux faits !

Les histoires virales qui sont fausses font souvent des erreurs factuelles basiques. Est ce que quelque chose a l’air hautement improbable ou manifestement faux ? Est ce que l’histoire nous dit que la NASA a découvert quelque chose tout en promouvant une théorie de la conspiration ou fait des affirmations n’importequoitesques (comme affirmer qu’il n’y a pas de gravité dans l’espace) ?

Alors vous avez de bonnes raisons d’être sceptique envers cette histoire.

L’idée de base c’est ça : si l’histoire virale fait des raccourcis ou s’arrange avec les faits, il y a de bonnes chances pour qu’elle fasse la même chose avec la vérité de ce qui en constitue le socle. Si une source fait la promotion d’une théorie de la conspiration, vous ne devriez généralement pas lui faire confiance.

Ne faites pas confiance aux sites bidons ou satiriques :

Certaines pages webs, pages Facebook ou chaînes Youtube comme « Espritmétasciencepsychique.» , « On sait ce que l’on veut que l’on cache » ou « Dégénère » sont des sites pourris bien connus et il est inutile de les considérer comme fiables. Ne les utilisez pas comme référence pour quelque affirmation scientifique que ce soit et partagez encore moins leurs publications.

Et la liste des pages de ce genre s’allonge tous les jours, vous avez dû en voir passer vous même (elles se contredisent même assez souvent). Alors si vous aimez la science… faites attention à ce que vous partagez.

Et il ne faut pas se méfier que de ce genre d’arnaque intellectuelle : il existe de nombreux sites qui prétendent être des sites d’infos mais qui sont en réalité des sites parodiques ou satiriques et qui ne proposent aucun contenu de confiance d’aucune sorte mais seulement des infos bidons. On peut citer par exemple Le Gorafi, le Daily Béret, ScienceInfo, NordPresse, Al Manchar ou encore l’Agence France Presque et bien d’autres encore. Vérifiez toujours la nature du site sur lequel l’information apparaît, en farfouillant un minimum, vous devriez pouvoir facilement tomber sur des « nouvelles » manifestement fausses ou une note informant le lecteur qu’il est sur un site humoristique.

Est ce que l’histoire s’adresse à vos biais ?

S’ il ne devait y avoir aucun article critique disponible à ce moment, attendez que plus d’infos arrivent ou essayez de passer un peu de temps à analyser le type de biais auquel l’histoire fait appel. Est-ce une histoire à propos d’un politicien que les gens approuvent à 100 % ou au contraire détestent intensément ? Est-ce que l’histoire aurait un fort impact sur la popularité de telle ou telle idéologie si elle devait s’avérer vraie ? Est ce que c’est un sujet sensible comme le féminisme, l’immigration, les produits chimiques… ?

Si l’histoire en appelle à un biais particulier, faites attention : être conforme aux biais des gens est une des meilleures façons pour une histoire de devenir virale. Et faites d’autant plus attention si elle s’adresse à vos propres biais.

En raison d’un truc appelé « biais de confirmation », les humains ont une grosse tendance à accepter aveuglément tout ce qui va dans leur sens, tout en étant hautement critiques envers tout ce qui contredit leurs convictions.

Est-ce que l’histoire vous semble trop bien conforme à ce que vous attendez du monde ? Méfiance méfiance…

Essayez d’identifier à quels biais humains et positions politiques, intellectuelles, philosophiques, etc l’histoire fait appel. Militants nationalistes ? Activistes anti-OGM ? Propagandistes des chemtrails ? Karma dans ta face ?

La meilleure façon de réduire l’impact des biais est d’être au courant de leur existence et de l’influence qu’ils ont sur vous (et la façon dont vous réagissez à cette histoire de petite fille qui a besoin d’un « like » de plus pour être opérée – en fait c’est surtout le propriétaire de la page qui a besoin de vos informations personnelles, mais passons).

Attention cependant : aucune méthode n’est parfaite et des biais « résiduels » existeront toujours.

Quelles témoignages sont mis en avant ? Par qui ? A quoi font-ils appel ?

S’il s’agit d’une histoire virale qui n’implique pas la science ou une technologie mais la politique ou des événements sociétaux, faire des recherches critiques devient encore plus complexe. Tandis que les faits se précisent, essayer de déterminer quels sont les témoignages mis en avant dans la presse et les médias sociaux.

Qu’en pensent les gens ayant des idées différentes des vôtres ? Est-ce qu’il vous semble que leur point de vue est affecté par leurs biais ? Est-ce qu’un groupe en particulier est montré du doigt ? Est-ce que certains essaient de minimiser l’info en faisant des comparaisons bizarres ?

Pour chaque événement difficile à analyser, lorsque les faits ne pourront pas être tout à fait précis avant plusieurs semaines ou ont lieu si loin que les médias traditionnels ont du mal à obtenir des infos précises, il faut rester très prudent.

Sur quels faits tout le monde semble-t-il s’accorder ? Essayer d’en trouver et servez-vous-en comme base de recherche pour essayer de déterminer les biais de chacun.

Nan, sans déconner, prenez le temps de la réflexion

Les histoires deviennent virales à cause d’individus (comme… vous et… moi), chaque fois que vous partagez une information, vous la présentez à potentiellement des centaines de personnes, qui risquent de faire la même chose que vous.

Faites votre part et ne partagez pas une histoire sans l’avoir (au moins un peu) vérifiée avant.

Et sortez de votre zone de confort , allez vous frotter à ceux qui ne pensent pas comme vous ! (NDT)

Advertisements

21 commentaires sur “Elle a cliqué sur ce lien et sa vie a changé. Découvrez comment.

  1. MannFred
    13 juillet 2016

    Pas mal du tout, il manque tout de même une référence aux sites dont on a l’impression que c’est du grand n’importe quoi mais que les infos sont vrais (mais je ne me souviens plus lequel, les titres me font toujours bondir et sourire)

    Aimé par 1 personne

    • Maeelk
      13 juillet 2016

      Ah ça ne me dit rien, je veux bien découvrir la chose si le lien vous revient !

      J'aime

  2. Cadate
    22 juillet 2016

    Vous pourriez corriger les fautes d’orthographe dans cet article. Parce que les fautes d’orthographe aussi sont bien souvent un signe de fake.

    J'aime

    • Maeelk
      22 juillet 2016

      Hello,
      j’ai la détestable manie de ne jamais me relire j’avoue.

      Mais si vous me les signalez je le ferais avec plaisir. 🙂

      J'aime

      • cadate
        22 juillet 2016

        « toute autre inanité virale si souvent partagée »
        « les posts Facebook sont faits de ça »
        « des méthodes de vérification faciles, efficaces et rapides »
        « il n’ y a pas de honte »
        « Cherchez des « drapeaux rouges » »
        « y a de bonnes chances pour qu’elle fasse »
        « vous avez dû en voir passer vous même »
        « Est-ce que l’histoire aurait un fort impact »
        « pour qu’une histoire devienne virale »
        « tout en étant hautement critiques »
        « Quels témoignages sont mis en avant ? »
        « servez-vous-en »

        Et encore merci pour cet article!

        J'aime

    • Bjorn joergensen
      22 juillet 2016

      Une virgule entre « aussi » et « sont bien souvent » , serait-elle déplacée ou fioriture ? De mémoire (l’école c’est loin), sans virgule c’est le mot aussi qui « sont bien souvent etc… » et non les fautes, ou me goure-je… Peut-être même qu’il faudrait flanquer « aussi » par deux virgules ? Ceci est une question, pas une vanne…. Mais c’est plus fort que moi : Dès que j’ai un prof sous la main, je ne résiste pas à m’offrir une petite remise à niveau, j’ai tant de lacunes et d’oublis ! ..

      J'aime

  3. Nicolas MATHIEU
    22 juillet 2016

    J’ai lu un texte qui n’était pas sourcé, mélangeant fait sociétaux, science, paranormal, médecine parallèle, interdits, rites, …au sujet d’un dieu unique toussa toussa, avez-vous plus d’info 😉

    J'aime

    • Maeelk
      22 juillet 2016

      Oh c’est difficile de passer à côté de ceux-là mais il faudrait des sites entiers pour y répondre/les débunker.

      Mais ça existe si vous cherchez bien. ^^

      J'aime

  4. Gigi
    22 juillet 2016

    il y a aussi les anti hoax pour les médias dominants : arret sur image et acrimed

    J'aime

  5. Roland
    22 juillet 2016

    Très bon article. Merci.

    J'aime

  6. Alban Martin-Beïs
    22 juillet 2016

    très bon article. Merci. J’ajouterai que dans la liste des sites dits « parodiques », certains le sont clairement et l’affichent de façon visible. Les sujets y sont de toute façon tellement grotesque qu’il ne peut pas y avoir de méprise. Pour d’autres, par contre, que je relie pour ma part bien volontiers à la fachosphère, les sujets sont tout juste assez crédibles pour lancer une vraie campagne virale (je me souviens de l’annonce de logements gratuits et papiers en règle pour des migrants, par exemple, sur un de ces sites dits « parodiques »… On est loin de l’humour potache du Gorafi…
    Même remarque pour certains « poissons d’avril » de la presse. Hidalgo roulant trop vite de nuit sur le périph et odieuse avec les flics qui l’arrêtent, par exemple, à la base un « poisson d’avril » du Parisien, fait encore des ravages, deux ans après, sur les réseaux… On ne m’empêchera pas d’y voir un soupçon de malveillance à la base.

    Merci encore pour cet article tellement utile à partager !

    J'aime

    • Maeelk
      22 juillet 2016

      Merci pour le commentaire, et oui, comme indiqué dans l’article, dès que ça touche au politique ça devient tout de suite bien plus complexe. :-/

      J'aime

  7. Chris
    22 juillet 2016

    Demander aux gens de réfléchir avant d’intervenir, c’est noble, mais ça montre à quel point le problème est grave si ce n’est pas une évidence. En plus sur des médias qui ne vivent que sur l’immédiat, l’instantané, qui vous incitent à faire court sous peine d’être zappé et les faits montrent à quel point c’est vrai.
    L’article est très bien et je plussoie la démarche. Le problème à mon sens, c’est que les gens qu’il vise ne prendront pas le temps de lire toute une page avec autant de textes, mon dieu !, ou qu’au pire, ce sera « oui, oui, c’est vrai » et la première connerie qui passe, ils sauteront à nouveau dessus à pieds joints, zéro rapport avec ce qu’ils auront lu là, s’ils s’en souviennent… ^^;

    J'aime

  8. Pas Moi
    22 juillet 2016

    autrement dit on ne doit croire que les médias officiels de la parole unique , quoi …cet article est donc bien une arnaque

    J'aime

    • Soulet Bastien
      23 juillet 2016

      Alors c’est quand qu’on se fait traiter de mouton??

      J'aime

    • Maeelk
      23 juillet 2016

      Bonjour,

      quel passage de l’article vous fait dire ça ? Il ne me semble pas qu’il soit indiqué quelque part « faites aveuglément confiance à tel ou tel média ».

      Il ne faut confondre conseils de méfiance/défiance X ou Y et invitation à croire sans recul W et Z !

      Aimé par 1 personne

  9. Kskpointe
    14 août 2016

    Excellent article. Manque juste un point, je pense : il faut LIRE les articles. Beaucoup de gens partagent et commentent alors qu’ils n’ont aucune idée de ce que dit l’article, se contentant du titre ou du résumé…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 13 juillet 2016 par dans Débutant, et est taguée , .
%d blogueurs aiment cette page :