Associations Libres

"Faut pas croire tout ce qu'on voit sur le web" – Einstein

Les brocolis sont toxiques, évitez-les à tout prix !

Un autre titre possible pour ce post de blog était « ne croyez pas tout ce que vous lisez sur le web à propos de nutrition » mais parions que celui-ci était bien plus efficace pour avoir votre attention.

Si vous avez un tant soi peu d’esprit scientifique, il est très facile de trouver un cas où n’importe quel aliment ou substance est nocif ou toxique en sélectionnant une citation d’une étude scientifique.

Céréales, soja, gluten et même sucre sont de très bons candidats pour cela.

Internet est plein de textes d’opinions, prompts à vilipender tel ou tel aliment comme étant la « cause » de beaucoup de vos problèmes de santé en n’épluchant la littérature que dans un seul sens.

Pour vous montrer comme cela est fait, voici un cours sur cette forme d’art, ainsi que quelques trucs pratiques pour détecter les articles où on essaye de vous en faire avaler.

Voyez donc ceci comme un couvercle levé sur la soupe toxique de produits chimiques que sont les brocolis et une explication de comment chaque bouchée que vous avalez vous pousse rapidement vers la tombe.

Brocolis toxiques :

On vous a dit et répété depuis que vous êtes petit que manger des brocolis est bon pour la santé. Désolé d’être si abrupt, mais vos parents vous ont menti. Vous êtes vous déjà posé la question de sur quelles bases ce conseil reposait ? Les brocolis ont certainement une aura positive en tant que légume vert mais dès que vous commencez à creuser un peu le sujet, une image préoccupante apparaît.

Pour commencer, le brocoli est un goitrogène bien connu. Les goitrogènes sont des substances qui inhibent les fonctions de la glande thyroïde en interférant avec l’assimilation de l’iode, un minéral nécessaire à la synthèse de l’hormone thyroïdienne. Ce blocage de l’absorption d’iode fait gonfler la thyroïde, ce qui conduit à la formation d’un goitre.

Les brocolis sont plein de goitrogènes, en particuliers ceux d’un groupe appelés thiocyanates. Les conséquences de la consommation de thiocyanates sont un risque accru de développer une hypothyroïdie.

Qu’est ce que l’hypothyroïdisme ? Et bien, avez-vous déjà ressenti un ou plusieurs de ces symptômes ?

  • Fatigue et perte d’énergie

  • Prise de poid inexpliquée

  • Dépression

  • Baisse de la fréquence cardiaque

  • Intolérance au froid

  • Muscles fatigués, douloureux

  • Peau sèche, rugueuse

  • Gonflement du visage

  • Perte de cheveux

  • Constipation

  • Problème de concentration

Si vous avez répondu oui à un de ces symptômes, alors il est possible que vous soyez atteint d’hypothyroïdie et vous devriez penser au brocoli comme en étant la cause première.

Et il n’y a pas que des goitrogènes dont vous devriez vous inquiéter. Les brocolis sont chargés en formaldéhyde, un sous-produit de l’oxydation et qui est connu pour causer des cancers chez le rat.

Le formaldéhyde est utilisé dans la fabrication des plastiques, des mousses isolantes, fongicides, miroirs, insecticides, résines et dans l’industrie chimique.

Personne de sensé ne mangerait un seul de ces truc et pourtant, vous pouvez très bien ajouter le brocoli à la liste.

Mais la chose la plus importante que vous devez savoir, est ce que l’on pourrait appeler le « vilain petit secret » de l’industrie de l’agriculture biologique. L’agriculture biologique est bonne pour vous car elle ne comporte aucun pesticide non ?

Faux : les brocolis sont pleins de pesticides naturels qui font partie du système de défense naturel contre les blessures de ces végétaux. Et ce que Big Bio ne vous dit pas est que l’on a pu montrer que la moitié de ces pesticides provoquait des cancer, lors de test fait sur des animaux de laboratoire.

Bon, au moins les brocolis bio ne contiennent aucun pesticides artificiels pensez-vous ? Désolé, mais les maraîchers bio ont le droit d’utiliser – si ils le désirent – des pesticides « naturels » et ils n’ont pas forcément besoin de vous en avertir.

Beaucoup de ces produits « naturels » sont en fait plus toxiques que les pesticides de synthèse, et pour faire encore empirer les choses, il n’y a pas de système de surveillance au niveau national pour ces produits alors que c’est le cas pour les synthétiques.

Les brocolis bio : vous pourriez tout aussi bien utiliser du Round-Up comme vinaigrette et avoir votre dose de produit-toxique-qui-donne-le-cancer en une seule fois.

Et vous vous rappelez des thiocyanates mentionnés plus haut ? Et bien ils peuvent causer des cancers de la vessie chez le rat.

Il y a des photos horribles nous avertissant des dangers du tabac sur les paquets de cigarette alors pourquoi les autorités de santé continuent de se tourner les pouces et ne prennent aucune mesure contre les brocolis ?

Revenons sur Terre

En fait, les brocolis sont super, excellents pour la santé et on peut les classer (tout comme d’autres légumes crucifères) avec ce qu’il y a de meilleur comme aliment. Ils contiennent tout un tas de nutriment liés à une réduction des risque de cancer et sont en plus riches en fibres, faibles en calories et plein de vitamines C et K. Pour en rajouter encore, ils sont une très bonne source de vitamine A, de folate et de potassium.

Alors qu’est ce que c’était que cette liste de problème énumérés plus haut ? Ignorez-les… La plupart d’entre eux sont théoriques et ne veulent rien dire si on n’indique pas la dose : à peu près n’importe quoi donnera le cancer de quelque-chose à des rats si on leur en donne assez.

Cependant, si vous avez des risques d’hypothyroïdie, vous seriez avisé de ne pas manger plusieurs kilos de brocolis par jour.

Les brocolis bio sont bons pour la santé. Les brocolis conventionnels sont bons pour la santé. Il y a des milliers de choses dont vous devriez vous inquiéter avant de penser aux conséquences pour votre santé de doses minuscules de pesticides (naturels ou de synthèse).

Même si il y a quelques risques hypothétiques à manger trop de brocolis, les bénéfices pour la santé l’emporte très largement. C’est ce qui importe dans ce genre de situation : la balance totale en terme de risques et de bénéfices pour votre santé (et pour ce qui est du brocoli, il crève le plafond).

En citant sélectivement des études, vous pouvez construire un dossier pour ou contre n’importe quel aliment si c’est ce que vous voulez faire. Rajoutez-y quelques termes liés à l’émotion et vous avez tout ce qu’il faut pour recueillir l’attention du public.

Vous pouvez ensuite vous servir de cette attention pour vous faire un peu d’argent en vendant des livres ou en mettant en place un site web fait pour attirer le trafic des réseaux sociaux.

Prenez le soja par exemple, vous pourrez trouver des articles le traînant plus bas que terre sur Internet pour sa capacité à déstabiliser le système endocrinien. Cependant, les études supportant cette affirmation sont sur-interprétée en regard des nombreux bénéfices pour la santé liés à la consommation de soja.

Dans certains cas, manger du soja peut devenir un problème, comme pour les femmes atteintes d’un cancer du sein hormono-dépendant et suivant un traitement.

Mais dans le cadre d’un régime varié, il y a infiniment plus de bénéfices. Tout comme pour les brocolis, et les céréales, et les fruits, et les légumes etc etc

Taper sur les nutritionnistes

Il fut un temps où les voitures étaient conçues pour être lourdes et massives, telles des tanks prévus pour résister aux impacts des accidents. Nous savons maintenant que la conception la plus sûre est celle qui rend possible le froissement des tôles afin d’absorber les chocs.

Pourtant, on ne voit jamais passer sur les réseaux sociaux d’articles dénonçant la crédibilité des designers auto car « ils se sont plantés en beauté » il y a des décennies.

Vous voudriez vraiment laisser la sécurité de votre voiture à des diplômés de la Google University ?

C’est pareil en médecine : les traitements se modifient au fur et à mesure des avancées de la recherche et pourtant nous ne dénigrons pas la profession entière simplement parce qu’il y a quelques années, les ulcères étaient soignés par des régimes et des méthodes de gestion du stress alors que le responsable était une bactérie (Helicobacter Pylori) et qu’une cure efficace devait passer par des antibiotiques.

Nous entrons ici dans le domaine de la nutritions où les nutritionnistes et diététiciens sérieux se font généralement discréditer à tort. Tout ça parce que certains aspects des conseils nutritionnels sont différents de ceux qui étaient donné dans le passé.

Pire encore : les conseils couramment dispensé ne sont pas instantanément modifié à la minute où sort la nouvelle étude révolutionnaire sur le Régime XY.

Les voix des experts sont tout à fait crédibles et valides aujourd’hui, et ils ont raison bien plus souvent qu’ils n’ont tort. L’expertise n’est pas la capacité de quelqu’un à répéter des posts de blogs et de citer quelques phrases des seules études qui valident un point de vue, pas plus qu’elle n’est proportionnelle au nombre des abonnées YouTube, Facebook ou Twitter.

Apprendre de ceux qui ont raté :

Donc, comment est ce que quelqu’une personne peut savoir si elle est en train de lire ou d’écouter quelque-chose de crédible ou le genre d’arnaque pleine de biais que vous avez pu lire plus haut sur les brocolis ?

Passer un master en nutrition pour pouvoir faire comme les professionnels est une option possible (voire recommandée) mais ce n’est pas forcément possible pour tout le monde, il existe donc une option plus simple : voir si les informations passent le test suivant :

  1. Est ce que le conseil donné est également souvent répété par des spécialistes de la nutrition, des professionnels de la santé ou des chercheurs ?
    Si oui, allez en 2. Sinon, commencez à vous méfier.

  2. Est ce que le résultat final des conseils va dans le sens de manger plus de plats comportant des légumes et moins d’aliments tout préparé plein de graisses et de sucres sans avoir à bannir certains aliments ou groupe d’aliments ou à considérer certains d’entre eux comme « toxiques » ?
    Si oui, allez en 3. Si non, réfléchissez franchement au fait d’aller quand même voir en 3.

  3. Mangez ce que vous aimez manger du moment que cela colle avec les deux conseils précédents.

Si les recommandations passent ce petit test, alors vous êtes dans la bonne voie, celle qui mène vers les modes d’alimentations des personnes les plus en bonne santé et qui vivent le plus longtemps.

Les gens qui vivent longtemps n’évitent pas les laitages, le soja ou le gluten, ils ne calculent pas l’indice glycémique de leurs plats ni ne ruminent la question de savoir si les céréales qu’ils mangent bloquent l’absorption des nutriments.

Ils ne prennent pas de suppléments, ils mangent, ils bougent, ils se font plaisir et partagent avec leur entourage. En un mot comme en cent : ils vivent.

Pourtant, même entre les différentes communautés réputées pour leur longévité, on trouve des différences entre les régimes alimentaires : il y a de la diversité dans les plats, ce qui montre qu’il n’y a pas une seule et unique « bonne » façon de manger mais des lignes directrices flexibles.

Choisir principalement des fruits et légumes de saison et une grande variété de haricots, noix, graines et céréales est la pierre angulaire de ces régimes.

Ayez de bonnes bases et vous pourrez éviter de prêter attention aux conseils des médias et autres gourous des réseaux sociaux. Vous pourrez même retrouver du plaisir à manger des brocolis…

NDT : sur un registre un peu différent (des bonnes pratiques alimentaires), le temps des maillots étant proche, il est toujours bon de se référer au Pharmachien: http://lepharmachien.com/regime/.

Traduit de  : Broccoli is bad for you, like, really toxic bad

Advertisements

2 commentaires sur “Les brocolis sont toxiques, évitez-les à tout prix !

  1. DEESSIA
    31 juillet 2016

    magnifique et un grand merci

    J'aime

  2. deBifid
    20 décembre 2016

    Je me suis amusé à lire votre article sur la grande toxicité du du brocoli…

    Ce qui me fait rebondir sur cette phrase dispensée, même martelée, en classe par mon professeur de toxicologie, dans mon jeune âge.

    Toute substance est toxique dépendamment de sa dose.

    En lien, un très bel article. A lire absolument!
    http://www.arte.tv/sites/robin/2011/01/08/paracelse-la-dose-fait-le-poison/

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 20 juin 2015 par dans Intermédiaire, et est taguée , , , .
%d blogueurs aiment cette page :