Associations Libres

"Faut pas croire tout ce qu'on voit sur le web" – Einstein

Ces techniques malhonnêtes que les faux médecins vous cachent – Edzard Ernst

Edzard Ernst, né à Wiesbaden le 30 janvier 1948, est un médecin naturalisé britannique, formé en Allemagne et en Autriche à la médecine physique et de réadaptation, à l’homéopathie et à la chiropraxie, professeur de médecine complémentaire à l’université d’Exeter (Royaume-Uni).

Cet article est une traduction de : Eight slogans that quacks love to use: if you hear these, find a proper doctor et Six signs you are being treated by a quack.

 Votre médecin est-il un charlatan ?

Le terme « charlatan » est souvent employé comme description irrespectueuse de médecins, en particulier ceux sans talent, ignorants, malhonnêtes ou utilisateur de thérapies bidons par appât du gain. Les charlatans sont partout, j’en ai peur, mais les thérapies alternatives semblent être une terre promise pour eux.

La charlatanerie met en danger la santé financière et – plus important encore – la santé tout court.

Pour nous en protéger, il est important de pouvoir reconnaître leurs trucs et astuces et d’y réagir convenablement lorsqu’on y est confronté. Dans ces quelques pages, nous allons dévoiler certains des stratagèmes les plus populaires utilisés par les charlatans du sévissant dans le domaine de la médecine et fournir quelques conseils pour s’en prémunir.

Traiter des maladies inexistantes

Il n’y a rien de meilleur pour augmenter le chiffre d’affaire d’un charlatan que de réussir à traiter une maladie qui n’existe pas. De nombreux praticiens alternatifs se sont fait une spécialité de cette option si pratique. Allez voir un chiropracteur et vous vous verrez, selon toute vraisemblance, affublé d’un diagnostic de « subluxation » , consultez un praticien de médecine chinoise traditionnelle et vous pourriez bien vous découvrir une « déficience du chi » et un homéopathe pourrait bien vous révéler le besoin d’un petit traitement de la « force vitale ».

La beauté d’un diagnostic non-existant est que le praticien peut le traiter, et le traiter et le traiter encore… Jusqu’à ce que le client soit à bout d’argent ou de patience. Juste avant cela, cependant, le praticien vous informera sûrement fièrement que vous êtes « dorénavant en pleine santé ». Ce qui est effectivement le cas, puisque vous l’étiez depuis le début.

Mon conseil pour éviter ce genre d’exploitation : assurez-vous que le diagnostic posé par quelqu’un que vous soupçonnez de charlatanisme est correct, si nécessaire, consultez un vrai professionnel de santé.

Ça doit empirer avant de s’arranger.

Lorsque, après la prise d’un traitement régulier, le patient ne se sent pas mieux mais que sa situation a empiré, les charlatans ont tendance à leur dire que cela est complètement normal – puisque les choses doivent empirer avant de s’arranger. Ils appellent cela une « crise de guérison ». Mais c’est un phénomène pour lequel aucune preuve n’a jamais été apporté pour étayer son existence.

Imaginez un patient souffrant de symptômes modérément sévères consultant un médecin et recevant un traitement. Il n’y a que trois choses qui peuvent se passer :

  • son état va s’améliorer

  • rien ne se passe

  • son état empire.

Dans le premier cas, le thérapeute va bien évidemment affirmer que c’est le traitement qui a agit. Dans le second, il pourrait bien affirmer que sans le traitement, les symptômes se seraient aggravés et dans le dernier cas, le mythe de la crise de guérison prend le relais.

En d’autres termes, il s’agit d’un peu plus que d’un simple truc pour que le patient continue à contribuer au maintien du train de vie du charlatan.

Mon conseil : lorsque vous entendez le terme « crise de guérison », fuyez et aller voir un vrai docteur.

Une cure dure longtemps.

Mais il y a d’autres trucs pour s’arranger avec les malades dont l’état ne s’améliore pas après une longue thérapie. Disons que votre problème est un mal de dos et que ce dernier ne s’est pas arrangé malgré de multiples traitements et de nombreux chèques.

Dans une telle situation, exaspéré, vous mettriez certainement un point à tout ça. Ce qui, bien sur, nuirait à la bonne santé financière du praticien.

Pour empêcher cela, ce dernier a juste à vous expliquer que votre problème dure depuis très longtemps (et s’il s’avère que ce n’est pas le cas, il lui suffit de vous dire que, si la douleur est récente, le trouble est plus ancien, chronique). Ce qui veut naturellement dire que le traitement doit lui aussi durer – après tout, Rome ne s’est pas faite en un jour.

Le fait de persister dans un traitement inefficace en dépit de l’absence d’amélioration n’est généralement pas justifiable sur un plan médical. C’est, par contre, parfaitement le cas si on se place d’un point de vue financier : les charlatans vivent des paiements réguliers de leurs patients et penseront donc à toutes sortes de moyens d’en obtenir.

Mon conseil est de consulter avant tout un praticien capable de vous aider en un temps raisonnable et prévisible. Insistez sur la nécessité d’un traitement approprié et spécifique dès le début, et arrêtez-le si le but n’est pas atteint.

La pensée holistique

La nation que les médecines alternatives s’occuperaient d’un patient dans son ensemble attire de nombreuses personnes. Peut importe le fait que rien ne pourrait être plus éloigné de cela que, par exemple diagnostiquer un trouble à partir de l’iris d’un patient (iridologie), se concentrer sur sa colonne vertébrale (chiropractie, ostéopathie) ou en massant la plante des pieds (réflexologie).

Et eut importe aussi le fait que, par définition, tous les types de médecines conventionnels soient holistiques.

Ce qui compte, c’est le label, et « holistique » en est certainement un excellent. Rien n’est plus vendeur. La plupart des charlatans se gargarisent de leur « holisme » devant leur patient aussi souvent que possible, et de n’importe quelle façon.

Sans compter l’avantage que cela donne une excuse toute trouvée pour leurs échecs thérapeutiques. Imaginez un patient consultant un praticien pour sa dépression et que, même après un traitement prolongé, rien n’ait changé.

Dans une telle situation, le charlatant n’a pas de raison de s’inquiéter : il pointera le fait qu’ils ne traitent jamais un symptôme précis mais bien la personne dans son ensemble. Alors, peut-être que la dépression n’a pas évolué mais d’autres choses se sont bien améliorées… et si le patient cherche suffisamment, il pourra se dire que son appétit a augmenté, qu’il digère mieux ou encore que son inflammation du coude fait moins souffrir (avec du temps, les choses changent de toutes façons).

Le côté holistique du charlatan est peut-être une fausse promesse mais ses bénéfices pour ce dernier sont, eux, indéniables.

Mon conseil : prenez ce genre d’argument avec des pincettes.

Détoxification

De nombreux charlatans surprennent leur patient lorsqu’ils les informent que ces derniers ont été empoisonnés. Ils prétendent donc qu’ils faut se « désintoxiquer » et, comme par hasard, leur traitement phare est justement parfaitement adapté à ce but.

En vraie médecine, ce terme fait référence au fait, pour un toxicomane, de se défaire de son addiction. En médecine alternative, toutefois, le terme est devenu un outil marketing dénué de tout sens médical.

Les poisons en question ne sont jamais précisément définis. Au lieu de cela, on vous sert une terminologie vague à base de « sous-produits déchets du métabolisme » ou de « toxines environnementale ». La raison de ce manque de précision est simple : si un nom précis était donné, il serait alors possible de mesurer ladite substance et de tester l’efficacité du traitement pour ce qui est de l’élimination du produit en question. Mais c’est la dernière chose que veulent les charlatans – parce que cela permettrait rapidement d’établir à quel point c’est une arnaque.

Aucune des thérapies alternatives promettant de « détoxifier » votre organisme ne le fait, leur seul effet notable est de vous débarrasser de votre argent.

Votre corps est doté d’organes (peau, poumons, foie et reins) qui s’occupent de la plupart des toxines auxquelles vous êtes exposés. Si un seul d’entre ces organes vient à défaillir, vous n’avez pas besoin de comprimés homéopathiques, de régime détox, pas plus que de bain de pied électronique ou une quelconque autre charlatanerie : dans ce genre de cas, ce qu’il vous faut c’est une hospitalisation rapide.

Mon conseil : dès que vous entendez le terme « détox », reprenez votre argent et partez.

Le test du temps

Nombre de thérapies alternatives existent depuis des centaines, si ce n’est des milliers d’années. Pour les charlatans, cela signifie que ces pratiques ont « passé avec succès le test du temps ». Ils affirment que l’acupuncture, par exemple, ne serait plus utilisée si elle n’avait aucune efficacité.

Pour eux, l’âge de leur thérapie favorite est comme un sceau d’approbation de la part de millions de gens avant nous, un sceau qui pèse certainement plus que n’importe quelle analyse scientifique.

Mais revenons à la réalité : nous parlons de technologies, de technologies de la santé en fait. Est ce que nous prétendrions avec succès qu’une montgolfière, étant une technologie plus ancienne que l’avion à réaction, est le meilleur moyen de transporter des gens d’un point A à un point B ?

Le fait que l’acupuncture, ou toute autre thérapie, ait été développée il y a de nombreux siècles signifie simplement qu’elle a été créée par des gens qui n’avaient une compréhension trop limitée du corps humain pour parvenir à des soins efficaces. Et le fait que la saignée ait été utilisée pendant des siècles (et a donc causé des millions de mort) devraient nous enseigner la vraie valeur du « test du temps » en médecine.

Mon conseil est de proposer des sangsues, des saignées et des cures de mercure aux charlatans qui essayent de vous persuader que l’âge de leur pratique indique quelque chose sur sa valeur.

Huit trucs que les charlatans adorent

Après que nous ayons vu les six trucs et astuces favoris des charlatans, certains lecteurs ont fait remarquer que certains arguments ne relèvent pas uniquement des pseudo-médecines. Et c’est vrai. Les charlatans sont partout et la médecine conventionnelle en possède son lot aussi.

Cependant, je pense pouvoir néanmoins suggérer que les six items mentionnés plus haut, ainsi que les huit que nous allons voir maintenant, sont plus souvent employés dans les thérapies non conventionnelles plutôt qu’en médecine.

Traiter la racine des maux

Les charlatans affirment souvent que les praticiens de la médecine basée sur les preuves ne traitent que les symptômes de la médecine, là où eux s’attaquerait à la vraie racine du mal. Je me suis souvent demandé d’où cette supposition et la ferme conviction avec laquelle elle est généralement exprimée venaient. Et j’en suis venu à la conclusion que les explications sont plutôt simples :

  • Cette notion est un mantra enseigné encore et encore dans les formations de charlatans. Elle constitue même un des messages centraux de nombre des parutions destinées aux aspirants pseudo-médecins.

  • Plus important encore dans le contexte de cet article, c’est un très bon argument de vente. Cela semble profond et logique pour de nombreux consommateurs de ce genre de pratiques.

  • De manière cruciale, elle fait d’une pierre deux coups : elle dénigre la médecine conventionnelle et, dans le même temps, élève la charlatanerie à un niveau inatteignable aux autres méthodes.

L’idée des praticiens de médecine alternative qu’ils traiteraient la « cause profonde » est basé sur la compréhension qu’ils ont de l ‘étiologie.

Les acupuncteurs traditionnels, par exemple, sont convaincus que toutes les maladies sont causées par un déséquilibres des forces de vie et que piquer des points précis va re-balancer ces forces et donc restaurer la santé. Ainsi, ils peuvent supposer qu’ils traitent effectivement la « vraie cause » du mal.

Si les chiropracteurs croient que les maladies sont causées par des « subluxations » de la colonne vertébrale, il devient parfaitement logique d’imaginer que des  »ajustements » permettent de traiter la cause de n’importe quelle maladie dont souffrirait un patient.

Ce sont des concepts qui sont profondément implantés dans l’esprit des praticiens alternatifs. Et ils ont tous un point commun très embarrassant : ils sont faux. Certains d’entre aux le savent certainement, cependant je ne crois pas en avoir jamais rencontré un qui ait arrêté d’utiliser cet argument. La raison doit être qu’en tant que truc pour alimenter la machine à cash, l’argument est irremplaçable.

Mon conseil : mettez votre chapeau à esprit critique, expliquez au praticien qui vous explique qu’il peut traiter la cause première de votre mal qu’il est en train de promouvoir un mythe et cherchez un vrai médecin.

Le naturel c’est bien.

Tous les gens travaillant dans la pub vous le diront : le label « naturel » est un super atout pour qui veut booster ses ventes. Les charlatans sont au courant depuis longtemps et exploitent ce biais humain au mieux de leurs capacités. Ils soulignent la « naturalité » de leur traitement ad nauseam et, plus souvent qu’à leur tour, de façon trompeuse.

Par exemple, il n’y a rien de naturel dans le fait de manipuler la colonne vertébrale d’un patient au-delà de ses limites physiologique (chiropractie), il n’y a rien de naturel à diluer sans fin tout en les agitant vigoureusement des remèdes qui peuvent – ou pas – trouver une origine dans une substance naturelle (homéopathie) et il n’y a rien de naturel non plus à planter des aiguilles dans la peau des gens (acupuncture).

Pire encore, la notion de « mère Nature » est naïvement fallacieuse, demandez à quelqu’un qui est tombé à l’eau dans une tempête ou s’est fait frapper par la foudre.

Mon conseil est de savoir repérer ce slogan pour ce qu’il est : du marketing et de dire aux gens qui s’en servent d’aller charlataner ailleurs.

L’énergie

Lorsque l’on fait se rencontrer des praticiens alternatifs, le terme « énergie » est mentionné plus souvent qu’à une réunion de travail chez EDF. La différence est qu’en fait les charlatans ne parlent pas vraiment d’énergie lorsqu’ils utilisent ce mot : ils parlent en fait de « force vitale », ou d’un autre terme recouvrant la même réalité dans l’une ou l’autre tradition.

Ils préfèrent utiliser ce terme puisque cela sonne moderne et impressionnant pour de nombreux clients. Surtout, cela évite de dévoiler à quel point les pseudo-médecine sont engoncées dans le principe obsolète du vitalisme. Alors que les penseurs rationnels ont su montrer l’inanité de ce concept il y a plus d’un siècle, il semble impossible d’en faire de même pour les tenants de pseudo-médecines.

Mon conseil d’éviter les vitalistes et autres passéistes, car adhérer à des concepts obsolètes depuis des lustres n’a que peu de chance d’aboutir à la délivrance du traitement le plus adapté pour vous.

Stimuler le système immunitaire.

« Votre système immunitaire a besoin d’être stimulé » – combien de fois avons-nous entendu ce genre de propos venant de praticiens de simili-thérapies ? Par contraste, les médecins conventionnels font preuve de beaucoup de prudence lorsque ce genre de but est mentionné : ils ne le proposent que dans de rares cas très précis. Assez souvent ils ont en fait même besoin d’obtenir l’effet inverse et d’utiliser des médicaments très puissants qui vont supprimer le système immunitaire.

Et dans les rares circonstances où ils ont effectivement besoin de le booster, ils n’utilisent jamais les traitements par lesquels jurent les charlatans. Il y a plusieurs raisons pour ça :

  • les « stimulants immunitaires » alternatifs ne stimulent en fait pas vraiment le système immunitaire

  • stimuler le système immunitaire est rarement un objectif thérapeutique

  • pour nombre d’entre nous, ladite stimulation pourrait même très bien être quelque chose de tout à fait risqué (pour autant qu’on y arrive).

Mon conseil est de demander à votre praticien pourquoi il veut booster votre système immunitaire. Puis demandez-lui d’essayer de booster le sien d’abord et de vous montrer la preuve que son traitement y parvient effectivement.

Les critiques ne comprennent pas

Tôt ou tard, quelqu’un contestera la charlatanerie. Si cela arrive, le pseudo-praticien a plusieurs options pour préserver sa gamelle. L’une des plus faciles et populaire est de clamer que « bien sûr vous n’êtes pas d’accord avec moi puisque vous ne comprenez pas ».

Ensuite, le charlatant déploie tout son charisme et explique que, afin de parvenir au niveau de compétence qu’il a acquis, on doit en faire un peu plus que de simplement s’intéresser à la science. Il faut, en fait, réussir à comprendre le traitement de façon plus profonde, subtile. Il faut s’immerger dedans, ouvrir son esprit et enfin devenir un autre grâce à lui. Cela ne peut s’accomplir seul et nécessite des années de travail méditatif. Et tout le monde n’a pas la capacité à franchir toutes ces difficiles étapes : cela requiert du talent, de l’énergie et une vision afin de devenir un vrai guérisseur.

Les critiques qui ne sont pas d’accord avec les charlatans sont en fait à plaindre : ils échouent à atteindre le même niveau d’existence que ceux qui « savent ». Ainsi, inutile de s’encombrer de la compagnie des détracteurs – ils ne comprennent pas car ils n’ont pas vu la lumière.

Mon conseil est de se renseigner sur le sophisme du vrai écossais : cela est très utile pour réussir à voir au-delà du charisme de ces gourous et exposer leur charlatanerie pour ce qu’elle est vraiment.

Les recherches sont cachées.

Certains critiques semblent immunisés au charisme et persistent à demander des preuves des prétentions thérapeutiques portées par les charlatans. Cette attitude peut être gênante pour ces dernier – car il n’en existe généralement pas de bonne.

Coincés, les charlatans s’en sortent généralement avec une pirouette conspirationniste : les recherches ont été faites et ont montré des résultats fabuleux mais elles ont été supprimées par… et bien par le premier organisme leur venant à l’esprit. En règle générale, « Big Pharma «  ou « l’establishment scientifique » rentrent très bien dans le tableau.

Selon cette hypothèse, l’industrie pharmaceutique (ou quoi que ce soit d’autre qui fasse l’affaire) fut si secouée par les données issues de la recherche qu’ils ont décidé de les faire disparaître. Ils n’avaient pas le choix : la thérapie alternative en question se montrait si efficace qu’elle aurait ruiné Big Pharma. Et nous savons tous que cette entité est diabolique jusqu’à la moelle, n’a aucune éthique ni de scrupules moraux à commettre de tels crimes contre l’humanité. Le profit vient avant la charité (y compris pour les dizaines de personnes impliqués dans la recherches, les éventuels participants volontaires etc etc).

Mon conseil est d’expliquer aux charlatans que de ce genre d’argumentaire est au moins une preuve manifeste que sa thérapie ne fonctionne pas sur le délire de persécution.

Les critiques sont corrompus.

Si, en dépit de toutes ses mesures préventives, les critiques deviennent menaçantes pour le business du charlatans, une méthode facile et très utilisée est de les discréditer. Si les stratagèmes du style de celui mentionné ci-dessus échouent, l’étape suivante doit donc être d’attaquer en affirmant que les critiques sont corrompus. En fait, ils reçoivent de l’argent des concernés (cf Big Pharma). Quelle autre raison pourraient-ils avoir de lutter contre les charlataneries ?

De nombreuses personnes – charlatans compris – sont incapables de penser à autre chose qu’à l’argent en terme de motivation, la possibilité qu’une personne puisse passer du temps et de l’énergie sur quelque chose pour une raison altruiste leur échappe complètement. Donc, la raison la plus plausible est que les critiques critiquent par appât du gain – après tout, les vrais charlatans travaillent bien pour de l’argent.

Mon conseil : essayez de vous renseigner auprès de sources crédibles et essayez de déterminer qui pourrait être acheté par qui et qui a le plus d’intérêt à ce que la charlatanerie continue.

Même des prix Nobel sont d’accord avec moi.

Et c’est vrai : certains gagnants d ce prix sont convaincus par l’homéopathie ou d’autre traitements sans fondement. Chaque fois que cela arrive, les charlatans sont aux anges et s’en donnent à coeur joie pour citer le lauréat ad infinitum et impliquer que ses vues prouvent la véracité de leurs dires.

Ils ne se doutent pas un seul instant que tout ce qu’ils sont en train de faire est de se servir d’un autre sophisme classique : l’appel à l’autorité. Des affirmations nimportequoitesques émanant de célébrités, cela arrive chaque jour, tout ce que cela démontre est que des personnes très éduquées et intelligentes peuvent être tout aussi insensées que le premier venu.

Mon conseil est de commencer par vérifier ce que la personne a réellement déclaré – on est souvent surpris de ce que les personnes ont dit en réalité – et de continuer en vérifiant si l’affirmation a été faite par une personne dont c’est le domaine de compétence. Les prix Nobel d’économie sont rarement très au fait des problématiques liées à la médecine, par exemple.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 20 octobre 2016 par dans Débutant, et est taguée , , .
%d blogueurs aiment cette page :